Les blogueurs reçoivent tous les jours des colis gratuits

Blogueurs partenariat publicité

Ils sont blogueurs, youtubeurs, instagrameurs et souvent réunis sous le terme fourre-tout d’influenceurs. À l’agence, on ne l’a jamais vraiment aimée cette expression et apparemment chez Urbania c’est pareil (à lire et relire sans modération). Bref. Là n’est pas le sujet. Ces “semi-célébrités” gèrent d’une main de maître les réseaux sociaux et en font rêver plus d’un. Évidemment cela donne des idées “et si moi je me lançais ?”.

 

Emma a 18 ans et est étudiante en droit. Elle vit dans un appartement, en centre ville et proche de la Fac. Son rêve c’est de devenir avocate donc elle s’investie dans son travail au maximum. Elle fait partie d’une chouette bande de potes dans laquelle elle est juste à sa place. Pas boute-en train ni timide elle s’y sent elle-même.

Pour s’évader et découvrir de nouvelles choses, elle suit une dizaine de blogueurs, follow près de 500 comptes sur Instagram, regarde sans relâche leurs stories sur la pause du midi. Quand on passe autant de temps chez soi à bosser il est mieux de s’y sentir bien et, Emma, c’est ça son crédo. Elle n’a pas beaucoup d’argent donc elle passe son temps à chercher LA bonne affaire pour améliorer son intérieur. Elle fait les brocantes, bricole, repeint… Ça a le don d’impressionner son entourage. Du coup, sa famille et ses amis lui demandent souvent des conseils et son avis sur la décoration. Un jour alors qu’elle regarde une énième fois son feed Instagram, une copine lui dit :

“Pourquoi tu ne lances pas ton compte ? Tu es douée et si tu essayes de faire de jolies photos, je suis certaine que ça peut marcher !”.

Emma lui répond que non et puis “Pourquoi pas ?”. Alors pendant des mois, Emma se prend au jeu des blogueurs qu’elle suit. Elle poste une fois par jour des photos de chez elle, elle raconte comment elle a transformé tel ou tel objet et poste en stories les trouvailles qu’elle fait quand elle se promène. Elle prend le temps de trouver le bon angle, elle retouche ses photos, y ajoute des filtres (voir cet article où nous en parlions également), utilise des hashtags, tague les marques, répond aux commentaires et aux messages privés. En 2 mois, elle a accumulé 6000 abonnés. Emma a également mit à jour sa bio et y a même ajouté une adresse mail “au cas où”… Au cas où une marque souhaiterait la contacter. 

À force de regarder encore et toujours les comptes qu’elle suit et de voir les colis, parfois journaliers, qu’ils reçoivent, elle se pose une question :

Pourquoi ces marques, que je passe mon temps à taguer, ne s’intéressent pas à moi ?

Revenons à la vraie vie. À l’Agence des Blogueuses nous recevons chaque jour des messages de Blogueurs, Instagrameurs, Youtubeurs qui souhaitent intégrer l’agence afin réaliser des partenariats avec des marques de tous horizons. Parfois on nous cite des enseignes précises mais la plupart du temps c’est un peu plus vague tel que “Je souhaiterais rejoindre l’agence car ça serait une très belle opportunité pour mon compte Instagram“. La bonne question à se poser aujourd’hui c’est surtout : qui de la marque ou du blogueur a le plus besoin de l’autre ?

 

Le partenariat : quels avantages pour les marques ?

 

Pour les marques, établir un partenariat est un avantage considérable en terme de communication puisque “à moindre coût” (souvent le prix du produit / service) elles font parler d’elles. Nous en avions déjà parlé dans cet article : “Pourquoi faire un partenariat avec des blogueuses ?“. Les services marketing ou les agences de presse choisissent, la plupart du temps, des profils experts. Soyons clairs ; il est plus logique pour un magasin de bricolage de contacter Emma qu’une blogueuse mode ou beauté (nous n’irons pas plus loin dans le débat des cibles marketing, les deux profils étant parfois utiles autant l’un que l’autre). Emma va alors tester le produit, éventuellement faire un retour à la marque si il y a un problème. Elle produit du contenu en réalisant des visuels (toujours à frais réduits pour la marque) ; partage ensuite avec ses abonnés son avis puis détaille l’utilisation et les conseille. Enfin, puisqu’il ne faut pas oublier que l’objectif c’est de communiquer et donc sous-entendu de vendre, l’enseigne donne à Emma un code promo pour ses followers.

Rien ne les force à acheter mais réfléchissez-y bien. Combien de publicités sous couvert de partenariats visionnons-nous par jour ?

 

Le partenariat : quels avantages pour les blogueurs ?

 

Pour les Blogueuses, Blogueurs, Instagrameurs, Youtubeurs les interêts sont plus subtiles. D’un regard extérieur, la plupart des gens y voient facilement et péjorativement un cadeau “gratos”. Détrompez-vous et lisez l’article de Nolwenn qui détaille parfaitement les avantages et contraintes de cette activité à part entière. Avant l’ouverture du colis il y a, comme pour Emma, des heures de réflexions, de prises de vues, de retouches, d’échanges afin de créer des liens avec sa communauté.

Comme Emma s’est prise dans le jeu elle a également acheté un bel appareil photo. Lorsqu’elle reçoit une proposition de partenariat, elle négocie à propos des conditions : nombre de posts, contenu, réseaux utilisés… À réception des produits elle filme une story et partage le code promo communiqué par la marque. Elle prend le temps de réaliser les photos pour son article avec une jolie présentation, elle retouche à nouveau puis rédige. Quand le contenu est posté il faut encore répondre aux commentaires, aux messages privés et c’est à ce moment que la blogueuse ambassadrice se transforme en SAV de la marque. Les efforts sont inconsidérés pour un colis qui n’a maintenant pu l’air si gratuit que ça.

 

Une opportunité et… beaucoup de travail !

 

Comme vous l’aurez compris c’est ici plutôt la marque qui est gagnante. Cet échange reste malgré l’investissement énorme une réelle opportunité pour les blogueurs. Ils testent un produit, qu’ils n’auraient peut-être pas acheté en temps normal, ce qui leur permet d’alimenter leur compte. Via ce test ils appuient une crédibilité auprès de leurs abonnés. C’est d’ailleurs ce dernier qu’ils retiennent : la sacro-sainte reconnaissance des followers avec qui ils partagent une passion. Ces derniers suivent, likent, postent des commentaires, posent des questions et s’intéressent toujours plus.

S’il y a de la régularité, de la passion, de la sincérité il y aura forcément de la crédibilité. Ce n’est pas un partenariat qui vous l’apportera.

Commentaires
  • Démarré en 2006 mon premier blog beauté était motivé par l’envie de partager mes ressentis sur des cosmétiques, ensuite rejoins par d’autres co-rédactrices ce blog a grandit année après année.
    J’ai toujours veillé à ce que l’objectif ne soit jamais de cumuler les produits gratuits, mais bien de permettre une rédaction sur les cosmétiques qui nous font vraiment envie.
    J’accepte 1 fois par mois environ un article avec produit sponsorisé, qui permet d’accéder à un soin de niche ou un soin inabordable, mais toujours avec une liberté d’écriture et d’opinion.
    Etre blogueur c’est avant tout donner du temps et de l’énergie … être passionné.

    Oubliez ces nouveaux influences qui ne créent un Insta/blog uniquement pour les colis gratuits,
    Recentrons nous sur la qualité et la sincérité.

    Jeff

    • L’important est de veiller à ne pas essayer d’être quelqu’un d’autre parce qu’un produit nous est offert. On perd en crédibilité auprès de son lectorat et surtout beaucoup de temps à faire semblant 😉

  • Bonjour et merci pour ton article !
    De part mon activité pro, je me sens un peu concerné 😉 Je travaille tous les jours avec des “influencers” passionnés et j’essaie d’établir avec eux au quotidien une relation de confiance. C’est très gratifiant pour l’un et pour l’autre 🙂 Il est bien plus facile de travailler avec des gens que l’on connait plutôt que de collaborer avec des inconnus.

    Nico

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.